Déploiement du Très Haut Débit

Un chantier porté par MÉGALIS BRETAGNE

Le syndicat MÉGALIS BRETAGNE est en charge du développement de la fibre optique sur l’ensemble de notre région. Dinan Agglomération, à l'instar de toutes les intercommunalités bretonnes, est co-financeur du programme Bretagne Très Haut Débit pour l'accompagnement de son déploiement sur les 64 communes du territoire.

Ce chantier qui par son ampleur est comparable au développement de l’électricité ou du téléphone au siècle dernier va durer plusieurs années. MÉGALIS a fixé pour objectif qu’en 2026 tous les foyers bretons pourront bénéficier de cette technologie.

La Fibre Optique permettra d’accéder en Très Haut Débit aux services numériques actuels et futurs. L’émergence d’autres technologies est susceptible d’offrir des services équivalents mais aucune ne peut à ce jour garantir une qualité de service égale en tout point du territoire.

  • Télécharger ci-contre les cartes du déploiement.

Phase 1 - 2014-2020 : 12 000 premières prises sur notre territoire

Cette phase a permis le déploiement des 12 000 premières prises sur les 70 000 prévues sur le périmètre de Dinan Agglomération.

Phase 2 - 2020-2023 : Déploiement du réseau de fibre optique pour 23 000 prises

Une deuxième phase programmée entre 2020 et 2023 verra chaque année l’installation de 4 000 à 5 000 nouvelles prises.

Phase 3 - 2023-2026 : 35 000 prises supplémentaires

D'ici 2026, 35 000 prises supplémentaires devraient être installées, ce qui portera à un total de 70 000 prises cofinancées sur le territoire (marché non attribué pour le moment).

Dans le même temps il est demandé à MÉGALIS BRETAGNE d'apporter une solution technique dans les zones à faible débit qui ne sont pas inscrites dans cette phase.

Quels financements ?

Ce projet est cofinancé par l’Europe, l’État, la Région, les Conseils Départementaux et les EPCI bretons.

Initialement prévue à hauteur de 29,5 M€ pour l'installation de 65 000 prises, la participation de Dinan Agglomération a été ramenée à 21,5 M€ pour 70.000 prises. De nouveaux financements et des renégociations de la Délégation de Service Public ont permis cette baisse très significative.